Browse By

Doit-on parler de sa reconversion professionnelle dans son CV ?

Une chose est sûre. Quelle que soit la raison pour laquelle nous rédigeons un CV, la  difficulté reste toujours la même : savoir retenir l’attention et convaincre un recruteur potentiel.

Cette difficulté est d’autant plus grande que cette recherche d’emploi fait suite à une reconversion professionnelle car une question brûle les lèvres de chaque candidat : dois-je en parler dans mon CV ?

Pourtant, la réponse est simple. Oui, il est indispensable de le mentionner car cette réorientation peut devenir un véritable atout dans votre recherche d’emploi.

La réorientation professionnelle est à présent entrée dans les moeurs et les recruteurs ne craignent plus ces changements de voie en cours de route, voire, ils recherchent ces profils.

Voyons tout de suite comment faire un CV pertinent quand on vient d’effectuer une reconversion.

Doit-on parler de sa reconversion professionnelle dans son CV ?

Des recruteurs de plus en plus à l’affût des candidats en reconversion

Si près de 90% des recruteurs qui se sont déjà jetés à l’eau se disent totalement satisfaits de leurs nouvelles recrues tout juste reconverties, ce n’est pas pour rien. En effet, les recruteurs pourtant si frileux quant aux profils atypiques se rendent compte petit à petit des nombreux avantages de recruter un candidat en reconversion professionnelle.

Des candidats à la motivation sans faille  

Avez-vous déjà pensé au courage qu’il faut pour choisir de quitter une situation souvent confortable et de nombreuses années d’expertises pour tout redémarrer de 0, voire du bas de l’échelle ?

Choisir souvent de se former tout en continuant à travailler et à élever ses enfants ? 

Et surtout, savoir qu’il faudra sûrement mettre les bouchées double pour prouver qu’on peut être un excellent élément malgré tout ? En termes de motivation, un candidat en reconversion en aura à revendre et les recruteurs le savent bien puisqu’il fera tout pour obtenir et garder ce nouveau poste.

Le changement ne lui fait pas peur  

Comment cela pourrait en être autrement, lui qui vient de traverser un chamboulement total de sa vie professionnelle et cela, volontairement.

Il prouve que le changement ne lui fait pas peur, et peut même devenir un vrai challenge à relever.

D’ailleurs, dans les compétences de base ou soft skills recherchées par les recruteurs, l’adaptabilité se place en bonne position.

Un CV linéaire lui semblera alors moins percutant qu’un CV qui bifurque. 

Un panel de compétences élargies  

Qui a dit que lors d’une reconversion, toutes ses compétences acquises par le passé devaient disparaître ? Bon nombre sont tout à fait transposables dans un nouveau poste et les candidats en reconversion offrent d’ailleurs de précieuses compétences de savoir-être ou de savoir-faire qui deviendront de véritables atouts pour un recruteur. Avec une vision souvent différente des employés déjà formatés, ils apportent une certaine fraîcheur à l’entreprise et de nouvelles idées ou méthodes.  

Des connaissances actualisées  

Rappelons tout de même qu’une personne en reconversion repasse en général sur les bancs de l’école. Et oui, apprendre un nouveau métier ne se fait pas d’un claquement de doigts. Il est nécessaire de suivre une ou plusieurs formations. Ainsi, lorsque vous postulez à une annonce d’emploi, vos connaissances sont encore toutes fraîches et actualisées dans votre tête. Celles-ci, cumulées à vos anciennes connaissances, font de vous une source de savoir importante.

 

Pour toutes ces raisons, il est important de ne pas faire l’impasse sur votre parcours atypique lorsque vous préparez votre CV.

Cette certitude acceptée, voyons comment adapter votre CV à votre situation ?  

Le besoin de restructurer votre CV de reconversion

Ainsi que déjà évoqué, votre CV devra convaincre un recruteur potentiel et, dans le cas d’une reconversion devra :

  • Prouver que vous possédez toutes les qualités recherchées malgré votre parcours atypique ; 
  • Montrer votre détermination ;
  • Indiquer que vous ne postulez pas par hasard ; 
  • Convaincre que vous pouvez devenir un élément indispensable ;
  • Retracer l’ensemble de votre parcours même s’il n’a rien à voir avec votre nouvelle carrière ;

Limiter vos orientations professionnelles

Est-il utile de rappeler qu’un CV doit résumer votre vie professionnelle et que le recruteur s’attend donc à y retrouver une certaine logique ? La coupure nette due à une reconversion professionnelle peut devenir une vraie crainte pour lui, surtout si vous avez papillonné de métiers en métiers depuis de nombreuses années. Gardez donc les conseils suivants à l’esprit :

  • Restez honnête et ne cherchez pas à dissimuler la vérité. Il s’en rendrait compte et cela n’irait pas dans votre sens ; 
  • Profitez de la lettre de motivation pour insister sur le bien-fondé de votre démarche et votre motivation ;
  • Trouvez un fil conducteur entre vos différentes expériences de façon à ce que votre recruteur ne perçoivent en réalité que 2 orientations professionnelles. Celle d’avant et celle de maintenant.

Valorisez vos anciennes expériences

Même si cela n’a rien à voir avec le nouveau poste visé, les expériences passées peuvent se révéler de vrais atouts. Par exemple, vous souhaitez vous reconvertir dans un métier du secteur social et exerciez auparavant sur un poste de chargé d’accueil, mettez le focus sur votre aisance relationnelle et votre capacité d’écoute.

Ne supprimez pas vos autres atouts sous prétexte que vous imaginez qu’ils ne seront pas utiles à ce nouveau défi. Ce sont aussi ces compétences qui font de vous ce que vous êtes à présent et vous permettent d’offrir un profil riche qui apportera une véritable valeur ajoutée à l’entreprise.

Vous doutez de vos atouts ? Pensez à effectuer un bilan de compétences.

Mettez en avant vos softs skills

Pour mener à bien vos missions, posséder des compétences techniques ou hard skills est essentiel. Pourtant, quand on recherche un emploi, cela n’est pas suffisant. D’ailleurs, selon une étude de Michael Page, 62% des entreprises seraient prêtes à recruter un candidat principalement sur des softs skills plutôt que des hard skills.  Savoir communiquer, être capable de s’intégrer rapidement dans une équipe, s’adapter aux changements, être créatif sont autant de compétences comportementales ou soft skills qui sont recherchées dans un environnement professionnel et encore plus en cas de reconversion. Mettez l’accent dessus.

Respecter les règles de base d’un bon CV

Que ce soit lors d’une reconversion, d’une évolution professionnelle ou d’un premier poste, les règles de base d’un bon CV restent globalement les mêmes.

Un titre percutant

Il doit décrire l’objectif de votre candidature (plus que le poste lui-même). Par exemple, vous préparez un CAP esthétique, n’indiquez pas forcément « esthéticienne » mais plutôt « Objectif : intégrer une équipe d’esthéticienne dans un salon de beauté ».

Une présentation soignée

Restez sobre et ne cherchez pas à en faire trop. Tout doit tenir sur 1 seule page. N’oubliez pas que vous n’avez qu’une seconde pour convaincre votre recruteur de lire votre CV. Choisissez une police simple, des éléments graphiques sobres, pas trop de couleurs ni de logos et surtout, assurez-vous que votre orthographe soit irréprochable. 

Une photo professionnelle et neutre

On oublie la photo des vacances en maillot sur la plage ou avec de grosses lunettes de soleil. Gardez à l’esprit que votre futur employeur doit pouvoir vous imaginer tout de suite à votre poste potentiel.

Un bon choix de centres d’intérêts

S’ils peuvent expliquer votre choix de reconversion, indiquez-les. Vous êtes passionné de voyages et avait traversé de nombreux pays. Si vous souhaitez travailler dans le tourisme, cela peut devenir un véritable atout.

Publié le 17 Juin 2020

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *